25 août 2003

Tout un hypnologue! Il me fait penser à mon médécin….

Category: FamousEntry,Grand — Ticarl @ 23:57

Je ne me souviens pas si je vous l’avais dit, mais j’avais décidé de prendre un rendez-vous avec un hypnologue pour différentes raisons. En réalité, il s’agit d’un psychologue maîtrisant les méthodes d’hypnose. J’avais donc pris un rendez-vous la semaine passée et je l’ai rencontré aujourd’hui après le travail.

Le motif que j’avais pour le rencontrer en était un tout particulièrement valable : mes goûts alimentaires. Tous ceux qui me connaissent moindrement savent que j’ai un gros problème à ce niveau : je n’aime à peu près rien. Pizza, poutine, spaguetti gratiné (avec sauce bien viandée), fêves-aux-lards, lazagne, céréales, viandes… la liste de ce que j’aime n’est pas très longue.

C’est sûr que j’avais également d’autres raisons en arrière de la tête. Beaucoup d’autres même. Comme je suis programmeur, je m’intéresse à tout ce qui se « programme ». Le cerveau est tout particulièrement flexible à ce niveau et c’est quelque chose qui m’intéresse beaucoup. Que ce soit pour des motif sérieux ou pour l’infantilisme… donc, l’enjeu en valait la chandelle!

Bon… revenons à la rencontre d’aujourd’hui. Je suis arrivé avec un peu d’avance à la rencontre. Il a commencé par faire les trucs d’usage : nom pour le dossier, adresse, etc… Et il a continué par faire un petit test où il me prenait le bras. Ce test avait pour but d’examiner ma « capacité à me laisser aller ».

Selon ce qu’il m’a dit, ce n’est pas tout le monde qui est hypnotisable. Il y a peu de gens qui le sont beaucoup et peu de gens qui ne le sont pas du tout. Cela selon ce qu’on appelle en mathématique une courbe normale.

À la fin du premier test, il m’a dit « il ne devrait pas y avoir de problème, tu réponds bien… mais il y a quelque chose d’un peu spécial ». Il a alors fait un test plus poussé pour s’apperçevoir qu’il était en l’erreur… j’anticipe tellement les réactions des autres que j’arrivais à lui faire croire que je m’abandonnais à lui alors que c’était tout le contraire. (Il s’agit de comportements totalement inconscient… mais il est là tout de même). Le 2e test mis cela en lumière et il m’a avoué que j’était tout particulièrement doué pour l’anticipation des autres. Qu’il n’avait vu ça que très rarement à ce niveau.

À partir des tests qu’il a effectué, il m’a dit que selon lui, je suis une personne doué d’une très grande adaptabilité. Que quand je rencontre des personnes, je suis capable de m’adapter d’une façon telle que j’ai l’air naturel. Pour les personnes à qui je veux plaire, je suis ce que les personnes veulent que je sois sans même qu’ils ne s’en appercoivent. Que je suis une personne malgré tout très malléable, mais également capable de « manipuler » pour obtenir de l’attention que je veux avoir. Je dois avouer ce que qu’il me disait résonnait très bien. Mon « moi » intérieur savait qu’il avait raison. Ce n’était pas une révélation, mais plutôt une mise à nu.

Il m’a alors dit que j’étais une personne excessivement difficile à hypnotiser, voir impossible. J’étais décu. Il m’a dit que si la session se terminait là, que je n’aurais pas de frais (parce qu’il ne réussirait pas à m’hypnotiser), mais qu’on pouvait tenter de creuser un peu pour voir ce qu’on pourrait bien découvrir au niveau de mon problème de goûts alimentaires.

Il m’a demandé de parler de moi. De mon problème… Je lui ai mentionné que c’était quelque chose qui avait débuté à un très jeune âge. Entre 4 et 6 ans. Avant ça, c’était relativement correct. Il m’a aussi demandé comment c’était avec mes parents lorsque j’étais jeune : ma mère s’était fait à la situation et me faisait des fois un repas séparé pour ce que je n’aimais pas. Elle le fait toujours aujourdhui à la différence que je ne suis invité à y manger que lorsqu’il y a quelque chose qui entre dans mes goûts au menu.

C’est là qu’il m’a suggéré qu’on ne cherchait pas à la bonne place. Que ce problème n’était probablement que la conséquence d’un autre problème probablement sans lien apparent qui date de mon enfance. Là, j’étais encore sceptique.

Il m’a ensuite demandé de lui parler de moi, mais dans un contexte plus large. La première idée que j’ai eu était de lui parler de mon infantilisme – phénomème qui lui était inconnu. J’ai décrit un peu ce que c’était. Mais il m’a demandé ce que ça signifiait en réalité… je lui ai répondu « j’aime porter des couches et jouer des jeux de rôles en relation avec ça ». J’ai aussi mentionné que j’avais une attirance pour des jeux d’humiliations… bref, on a exploré un peu ce que je ne croyais jamais aborder lors de cette rencontre.

Surtout que je lui avait mentionné que je consultais une sexologue sur une base régulière. J’ai également mentionné qu’avec ma sexologue ça nous a pris un certain temps avant que je comprenne vraiment la raison de mes visites.

Ensuite, on a fait le tour de plusieurs autres problèmes : un genre de complexe d’infériorité, ma problématique à copmrendre les dialogues non-verbaux, un syndrome de l’imposteur, etc… Bref, on a fait le tour très rapidement de tous les problèmes que j’ai abordé avec d’autres thérapeutes sans vraiment comprendre ce qui se tramait en dessous.

C’est là que la douche froide est arrivée. Il m’a expliqué que selon lui, toutes les consultations que j’ai fait auprès de sexologues et psychologues sont totalement inutiles. Que, seloin lui, elles ne servent qu’à une chose : satisfaire le besoin de me faire prendre en charge, qu’on s’occupe de moi.

Si j’ai des problèmes à établir des relations avec des personnes, c’est que je n’ai pas le reflexe d’aller vers les gens, que j’attends que les autres le fassent pour moi. Je m’attends à ce que les autres fassent tout pour moi. Non pas que je ne suis pas capable de faire autrement, mais ça me demande beaucoup d’efforts et ce n’est pas naturel.

Bref, j’ai toujours la mentalité d’un enfant en bas âge qui attends qu’on s’occupe de lui. Bien que mon âge adulte fasse de moi quelqu’un capable d’influencer son avenir, je m’attends toujours à ce qu’on prenne les décisions pour moi et c’est comme ça que je me sens à l’aise.

Mon problème alimentaire serait, selon lui, un genre de révolte envers mes parents et autres personnes qui s’occupent de moi. Une manière de manifester mes caprices.

Pour ce qui est de mes consultations, il s’agirait encore une fois d’une manière de me faire prendre en charge. Que je n’ai pas de réelle souffrance et pas de véritable de raison de consulter, parce que je n’ai pas l’intention de corriger mon problème (l’infantilisme dans ce cas). Il a comparé ça à une autre situation qu’il a déjà rencontré d’un gars qui avait des dizaines de maîtresses un peu partout dans la province et qui voulait changer parce qu’il avait peur que sa femme le découvre. Cependant, le gars était parfaitement heureux dans cette situation… c’est simplement qu’il avait peur d’être mal pris dans le futur à cause de ça. Mais il n’exprimais pas de souffance à ce moment – au contraire. Donc, il ne pouvait rien pour lui.

D’une certaine manière, c’est silimaire dans mon cas : je suis tout de même très heureux dans mon infantilisme. Je n’ai pas l’intention de m’en débarasser. Mais une crainte que j’ai est d’avoir l’impression de « manquer ma vie » plus tard quand je serai rendu à un âge plus avancé. Ce à quoi il a répliqué : ne consulte pas avant d’avoir de la souffrance, c’est inutile.

« N’essaie pas de passer les 20 prochaines années à te demander comment faire pour être heureux dans 20 ans. Sois heureux en ce moment même, fait ce dont tu as envie sans attendre. Si cela impliques de mouiller la couche que tu as, si ça te tente de mouiller tes culottes en face de moi, vas-y, fais-le! (tiens ? il avait remarqué ?) Ne perds pas de temps à ce que les autres penses, ne perds pas de temps à te demander si ce que tu fais est correct. Tu es heureux et, en plus, ce que tu fais est totalement acceptable : tu ne fais de mal à personne ».

Même si mes problèmes alimentaires pourraient éventuellement me causer des problèmes de santé, selon lui, il n’est pas souhaitable de tenter de corriger la situation parce que, tout comme l’infantilisme, je ne souhaite pas réellement m’en débarrasser. Je suis comme ce gars qui ne veut pas se faire prendre par sa femme, mais qui est très heureux de ses conquètes.

Bref, il va sans dire que c’est très différent de tout ce que j’avais prévu. Mais je sais aussi quelque chose d’autre : il n’est pas loin de la vérité. Je le sais dans le fond de moi et je suis surpris à quelle vitesse il a lu rapidement à l’intérieur de moi.

Mais je suis déçu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pas hypnotisable. je ne le crois pas et je vais tout faire pour que ça change! Disons que je mets un bémol à tout ce qu’il m’a dit. C’est tout de même très gros comme affirmations basées simplement sur une discussions de quelques minutes et quelques tests. Mais il touche quelque chose que je sens tout de même assez près de la réalité.

8 Comments

  1. Ticarl c’est merveilleux ce bond en avant que tu as fait dans la connaissance et l’acceptation de toi. J’aimerais te répéter un phrase entendue une fois d’une dame en relation d’aide avec moi: « On fait les rencontres dont on a besoin quand on est intérieurement prêt à les faire ». Je pense que tu es prêt! Heureux pour toi et cordialement,
    Loulou

    Comment by Loulou — 26 août 2003 @ 09:13

  2. Encore a ne pas vouloir admettre que des fois il peut avoir raison,,des fois etre trop proche d’un problème on n’en voit qu’une petite partie sans en voir vraiment le contour ni sa forme réelle,,,les yeux des autres aussi peut servir mon chéri….

    bisou

    Comment by Nanny — 26 août 2003 @ 10:05

  3. C’était la première fois que je rencontrais un thérapeute en psychologie qui m’a dit ce que je voulais probablement entendre : que je devais continuer à faire ce que je faisais. Il m’encourageait à continuer dans cette voie, parce que c’est là que je trouverais mon bonheur.

    Comment by Ticarl — 26 août 2003 @ 10:55

  4. es-tu malheureux,,,sinon vis ce que tu as à vivre vis le bien pour toi sans remords ….le passé est déja loin,,,le futur pas encore écris ,,il te reste le présent,,donc profite du présent….

    Comment by Nanny — 26 août 2003 @ 15:23

  5. salut ticarl …..
    c’est ca mon p »ticarl , fait ce que tu aime , moi je fait presque tout ce que j’aime , je suis tres heureux comme ca .
    j’ai une blonde mais on habite pas ensemble et tres souvent je me demande si j’ai vraiment l’intention de cohabité avec elle ,parceque je sais que a quelque occasions je devrai m’abstenir de porter des couches , et ca , ca me bogue un peu . elle me dit que je pourais en porter 24/24 mais pas lorceque on va en visite chez ca famille . c’est ca qui me bogue un peu .
    j’ai bien hate a la prochaine rencontre infantiliste .
    PATRICK.

    Comment by patrick — 26 août 2003 @ 19:22

  6. une question ticarl.
    pourquoi voudrais tu t’en être hypnotisé?

    Comment by bébécool — 27 août 2003 @ 22:04

  7. Une question Ticarl.
    Pourquoi l’hypnose???

    Comment by bébécool — 27 août 2003 @ 22:05

  8. Il y a plusieurs raisons… disons que je suis programmeur et je vois l’hypnose comme une manière de me programmer 😉

    Mais si tu vas voir des sites comme http://www.warpmymind.com/, tu vas comprendre…

    Comment by Ticarl — 28 août 2003 @ 17:18

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.