1 décembre 2007

ABDL-Montréal #2 : Le plan du projet

Category: Garderie — Ticarl @ 17:43

Voici le deuxième d’une série d’articles qui ont pour but d’expliquer ce qui s’est passé dans l’histoire de la garderie d’ABDL-Montréal qui a duré près d’un an.

Après y avoir pensé attentivement pendant plusieurs semaines après la rencontre avec Maîtresse Éloïse (voir entrée précédente sur le sujet), l’idée était de bâtir une garderie prenait de plus en plus forme.  Moi, C2 et Bébé Carosimo avions alors défini que notre projet aurait les caractéristiques suivantes :

  1. Devait offrir des services à la communauté AB/DL et devenir un point de rencontre commun pour les AB/DL du Québec;
  2. Devait permettre à des fournisseurs de matériel comme B4NS et AB-Charm (qui n’avait pas encore ce nom à l’époque) d’avoir un présentoir pour que les AB/DL puissent se familiariser avec leurs produits dans un ambiance cool et sécuritaire;
  3. Mettre à la disposition des membres qui le désirent des nounous où il pourrait, selon un tarif prédéfini, avoir des sessions personnalisées ou de groupe.  Ces activités avait le double but de donner des services qui étaient très recherchés par certains AB et de permettre d’avoir des revenus pour que le projet fonctionne;
  4. Trouver un endroit qui, tout en étant pas trop cher, serait approprié aux activitées AB/DL;
  5. Devait à la fois protéger les nounous, les membres de la communauté et, bien sûr, nous même de toutes forme de dangers, allant de la protection de l’identité jusqu’à la protection physique et sanitaire.

Évidemment, plusieurs questions sont apparues pendant le projet :

NounousComment trouver des nounous ?  Bien sûr, nous avions Nanny et Maîtresse Éloïse, mais il devenait clair que ce ne serait pas assez.  En effet, Nanny étant à Trois-Rivières, elle ne serait pas disponible pour des séances de dernière minute et Maîtresse Éloïse n’était pas réellement une nounou, mais plutôt une Maîtresse du domaine BDSM qui s’était familiarisé avec le domaine AB/DL grâce à un de ses anciens soumis, soit Bébé Souris.

Comment fixer le prix d’une séance ?  Là, ce n’était pas facile.  Il faillait trouver un prix qui n’était pas trop cher pour le client, qui donnait assez de revenu à la nounou et qui nous rapporterais assez pour rencontrer nos objectifs.  Nous n’avions aucune référence!  Quelle devait être les longueurs minimales et maximales d’une séance ?  À partir de quelle durée il est intéressant pour une nounou de se déplacer pour offrir une séance ?  Quelle serait la longueur maximale d’une séance ?  Est-ce que les nuits y seraient permises ?  Combien vaut réellement une séance pour un visiteur ?  Comme il n’y avait pas la moindre étude sur le sujet, nous avons choisi de consulter quelques professionnels du BDSM qui font des activités similaires depuis des années, histoire d’avoir au moins une référence.

Lit Quels seraient les équipements qu’il faudrait y avoir ? Bien sûr, il faudrait des couches, des jouets… mais quels meubles ?  Nous avons rapidement pris la décision que la pièce maîtresse de l’équipement de la garderie serait d’abord un lit.  Mais pas n’importe lequel : il devait être grand, avoir des barreaux et, bien que de manière discrète, il devait être possible d’y installer des contentions tel que ma Segufix (!).  De plus, Maîtresse Éloïse nous prêtait un peu de meubles également.

Quels sont les implications légales de notre projet ? Il fallait vérifier avec des avocats compétents ce que nous devrions faire et ce que ne nous pouvions pas faire pour être sûr de ne pas avoir de problème avec la Loi.  Notre projet se devait de respecter toutes les lois en vigueur afin d’être en mesure d’atteindre nos objects et, il devenait rapidement clair qu’il n’y avait aucune loi qui s’adressait spécifiquement à notre domaine hyper-spécialisé.

Comment devrions-nous nous protéger ?  Il s’agit d’une question très vaste.  D’abord, comme nous avons des carrières, il n’était pas question que l’effort que nous mettions pour la communauté aient des répercussions sur nos vies professionnelles.  Il s’agissait de trouver comment rendre le projet public sans trop donner d’information sur nous.  D’un autre côté, nous devions rester tout de même suffisemment accessible pour ne pas faire peur aux éventuels clients/visiteurs qui craindraient les endroits qui tiennent un peu trop à rester anonyme.  Assez rapidement, il est apparu que tout comme sur ce blog, nos identitées seraient nommées Ticarl, C2 et Bébé Caro pour le projet.  Ensuite, il faillait se soucier de la sécurité des visiteurs et des nounous.  Rapidement, il fut déterminé que l’emplacement exact de la garderie ne devait en aucun cas être rendu public afin de minimiser les curieux qui pourraient nuire au sentiment de confiance que nous tentions d’établir.

Comment publiciser l’existance de la garderie à travers la communauté ?  L’idée d’avoir un article sur ABKingdom fut d’avoir en avant plan, mais il fallait essayer d’atteindre également un nouveau public.  Notre théorie était que les visiteurs qui étaient près à y mettre le prix ne seraient pas nécessairement des visiteurs assidus des sites AB/DL.  Nous décidions donc d’utiliser les cannaux AB/DL pour atteindre la communauté tandis que la dimension commerciale utiliserait des médias plus conventionnels telles que de petites annonces dans des journaux.  De toutes façons, nous répliquions ici ce qui se fait dans la communauté BDSM qui nous servait de référence.

Finalement, voyant que tout ça prenait une direction intéressante, je décidai d’y investir la somme de 20 000$ qui servirait à la fois pour la mise en place initiale et comme fond de roulement en attendant que la nouvelle entreprise atteigne sa maturité et sa rentabilité.

(suite à venir)

Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. | TrackBack URI

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.